La réalité augmentée à la conquête des PME de l’Ouest

« Métall’Augmentée », c’est sous cette bannière que se rassemblent les entreprises mécaniciennes du Grand Ouest pour entrer dans une nouvelle dimension, celle de la réalité augmentée. Le pôle de compétitivité Images & réseaux et l’UIMM des Côtes d’Armor sont les initiateurs de l’opération, soutenue à hauteur de 350 000 euros par le fonds pour l’innovation dans l’industrie (F2i).

« Nous nous sommes donnés trois ans pour faire émerger des usages et des expérimentations de la réalité augmentée dans le monde industriel et en particulier dans les PME, explique Marie Ferronière, en charge de l’opération au sein du pôle Image & Réseaux, qui l’a recrutée pour cette mission.

Pour mémoire, la réalité augmentée permet d’ajouter des couches d’imagerie numérique (2D ou 3D) par-dessus des images du monde réel. Ses applications sont à la fois multiples, immenses et difficiles à appréhender tant qu’on ne les a pas touchées du doigt. Cela va de la visite de musées ou de monuments (avec des lunettes) à la modélisation des données d’un bâtiment, en passant par l’équipement des opérateurs sur les lignes de production dans l’aéronautique, l’automobile ou la construction navale.
« Ce n’est pas de la science-fiction, ça marche ! »

« Notre principale difficulté pour parler des bénéfices de la réalité augmentée à des gens qui ne l’ont jamais expérimentée, c’est que les cas d’usage sont très divers. Il nous faut sensibiliser à partir d’applications concrètes utilisables ou transposables dans des PME de la métallurgie moyennant des budgets accessibles résume Frédéric Guiomar, de l’UIMM Côtes d’Armor. Contrairement à ce que pensent encore certains industriels, la réalité augmentée, ce n’est pas de la science-fiction. Ce n’est pas pour après-demain. C’est du concret et cela peut apporter à nos entreprises des bénéfices très rapides. »

La feuille de route des animateurs de Métall’ Agmentée se déplie en trois volets : d’une part sensibiliser et montrer que le coût du déploiement est accessible aux PME. D’autre part, faire remonter vers les acteurs technologiques les besoins et cas d’usages de l’industrie. Enfin, faire émerger des projets collaboratifs de R&D.
Les six premiers mois de 2016 auront été ceux de la sensibilisation, avec l’organisation de plusieurs événements à Ploufragan (février), Rennes (mars), Quimper (avril) et Saint Nazaire (mai), où des industriels sont venus apporter des témoignages et développer plusieurs cas d’usages. A chaque fois, une cinquantaine de participants se sont déplacés pour venir découvrir cette technologie, mettre à jour leurs connaissances, comprendre les solutions mises en œuvre chez DCNS, Airbus, STX et d’autres industriels de la région, assister à des démonstrations. Tout cela devrait normalement « donner des idées » aux PME participantes et permettre d’enclencher rapidement la phase II de Métall’Augmentée.