Mobilisation pour l’« Industrie du futur »

Soutenir la modernisation de l’outil industriel français, en particulier celui des PME et ETI. C’est l’ambition du plan « Industrie du futur » dévoilé le 18 mai par Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie.

Exit « L’Usine du futur » et les 34 chantiers lancés en septembre 2013 par Arnaud Montebourg. Par souci de simplification et d’efficacité,  Emmanuel Macron a lancé le 18 mai le plan « Industrie du futur », assortie de neuf « solutions phares » (voir encadré), pour gagner la bataille de la compétitivité.

Il s’agit de soutenir la modernisation de l’outil industriel français, en particulier dans les PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire), à les inciter à migrer vers le numérique, et à promouvoir la formation de leurs salariés en conséquence.  L’objectif est de permettre une montée en gamme des entreprises industrielles afin de produire mieux, avec beaucoup moins de pollution, sur des volumes parfois plus réduits, et plus vite.

La France doit rattraper son retard et ne pas rater le train du numérique. Le parc français de robots industriels s’élève à 33 000 robots, deux fois moins qu’en Italie, et cinq fois moins qu’en Allemagne. Et l’écart continue de se creuser.

Concrètement, les PME et ETI vont bénéficier d’un accompagnement dans leur modernisation : 2 000 d’entre elles bénéficieront d’un diagnostic personnalisé d’ici la fin 2016, dont 500 dès cette année, par un réseau d’experts régionaux. Et 15 000 autres bénéficieront  d’une sensibilisation au cours des deux prochaines années.

Le programme industrie du Futur bénéficiera d’une enveloppe financière de 3,4 milliards d’euros. Il sera piloté par une « plateforme de l’industrie du futur » qui rassemblera la FIM (Fédération des industries mécaniques), des syndicats de fabricants d’équipements industriels (Symop, Gimelec, Syntec numérique, Afdel), l’UIMM notamment pour le volet formation, Bpifrance pour le volet financement, ainsi que des instituts de recherche (CEA, Cetim, Ensam et Institut Mines Telecom).

Les neuf « solutions industrielles » du plan Macron

Nouvelles ressources : chimie verte, biocarburants, tri et valorisation des déchets
Ville durable : smart grid, performance énergétique des bâtiments…
Mobilité écologique : bornes de recharge, véhicule autonome…
Transport de demain : avion électrique, dirigeable et TGV du futur
Confiance numérique (nanotechnologies, cybersécurité …)
Médecine du futur (biotechnologies médicales, santé numérique …)
Economie des données (big data, « cloud computing », service sans contact…)
Objets intelligents (textiles intelligents, réalité augmentée, objets connectés…)
Alimentation plus saine et plus durable